Breen Leboeuf

breen_6901-1Fasciné par la musique dès sa jeune enfance, Breen LeBoeuf poursuit des études en piano et voix pendant plusieurs années. Il écoute les disques de son frère aîné, de sa sœur, de ses parents ; Sam Cooke, Mahalia Jackson, Nat King Cole, Elvis Presley, Bobby The Prophets 1967Darren, Frank Sinatra, Peggy Lee. Arrive l’adolescence et la musique populaire prend de plus en plus de place dans sa vie. La musique R&B l’invasion Britannique et les disques de Little Richard, Ray Charles et Lonnie Mack deviennent ses écoutes de choix. Après avoir fait partie de quelques groupes, dont The Prophets, dans sa région natale de North Bay, en Ontario, Breen achète sa première carte de membre de l’A.F. of M. (American Federation of Musicians ) afin de faire la première partie de Dionne Warwick devant 6000 spectateurs. C’est la piqure… c’est parti!

Se rend à Toronto à la fin des années 60 et compose et chante quelques annonces publicitaires. Ayant tout juste atteint l’âge de vingt ans, il se joint bientôt au groupe Chimo! comme chanteur « front ». Le groupe grave quelques 45 tours, dont « Quicksilver Woman », et un seul album, « Chimo ! » Ils se produisent lors du légendaire Festival Express avec Mountain, Delaney and Bonnie, Ten Years After, Traffic and Janis Joplin. Après la dissolution du groupe en 1971, Breen participe à plusieurs projets de disques et de spectacles avec Motherlode, Southcote, Studebaker Hawke et New City Jam Band. Il est bassiste avec le groupe Brutus en 1975/1976.

En 1977, le hasard met Breen en contact avec les gars d’Offenbach, qui sont en tournée ontarienne travaillant à la promotion de l’album « Never Too Offenbach 1979 – PerspectivesTender ». Au mois de mars 1978, Breen est invité à rencontrer les gars d’Offenbach, à nouveau de passage dans la région torontoise. Ceux-ci sont à la recherche de musiciens; Breen qui a une solide expérience de bassiste se présente en compagnie d’un guitariste du nom de Doug McCaskill et ils deviennent les nouvelles recrues de la formation québécoise. Si McCaskill déclare bientôt forfait (il est remplacé par un autre compatriote de LeBoeuf, John McGale), le bassiste demeure en poste et il y restera durant les 30 prochaines années.

Sur le nouvel album d’Offenbach, intitulé « Traversion », Breen chante un texte de Pierre Huet « Mes blues passent pus dans’ porte » qui s’avère l’un des nouveaux succès du groupe. L’année suivante, « Traversion » remporte la Félix du Disque rock de l’année au premier gala annuel de l’ADISQ. Breen est de tous les projets du groupe: spectacle avec Vic Vogel et son big band, tournées en France, spectacles au Forum de Montréal, mésaventure avec Chuck Berry à la Place des Nations, tournée Québec Rock en compagnie de Garolou, Zachary Richard et Joe Cocker, expédition À fond d’train en tandem avec Plume Latraverse …jusqu’au Dernier show, au légendaire Forum, en novembre 1985.

Au cours d’une de ces tournées promotionnelles en France, en décembre 1980, les musiciens d’Offenbach ont recours aux services du batteur d’April Wine, Jerry Mercer. L’épisode est relaté par Plume Latraverse dans sa chanson « Palais des glaces (sueurs froides) ». La route du batteur recroisera celle de Chicago 1926Breen à plusieurs reprises. S’il ne prétend pas être une tête d’affiche au sein du groupe, le bassiste se fait à nouveau chanteur sur « Rock Bottom » (« Someone On The Line »), sur  » Coup de foudre » (« Rock de v’lours » et « Poursuivi »), sur « Tonnedebrick » (« Sauve qui peut », « Le juge et l’assassin » et « L’ouragan ») puis sur « Rockorama » (« La louve » et « Taxi R & R »).

Suite à la dissolution du groupe en 1985, Breen participe à divers projets, s’implique dans la comédie musicale Chicago1926 où il donnBuzz Band – album e la réplique à Nanette Workman, puis forme un nouveau groupe, le Buzz Band, en compagnie de John McGale et de Jerry Mercer. Le trio se produit épisodiquement, lorsque les activités respectives de ses membres le permettent. Parallèlement, Breen est approché par son ami Claude « Mégo » Lemay, le nouveau chef d’orchestre de la jeune chanteuse Céline Dion. En 1988-1989, il est bassiste et chanteur avec l’équipe de la tournée « Incognito ». Il interprète « Mes blues…  » en duo avec Céline à chaque représentation. L’année 1988 voit également Breen accompagner son ancien complice Gerry Boulet sur l’album « Rendez-vous doux ». Gravement malade du cancer, Gerry crée un album monumental qui devient un des plus gros vendeurs de l’histoire de la musique Québécoise en dépassant les 400,000 copies vendues. Fidèle à sa parole, Breen suit Gerry en tournée en 1989 et l’accompagne lors de ses prestations télévisées jusqu’à son décès. À plusieurs reprises, afin d’accommoder Gerry, (et avec la complicité de l’équipe de Céline) il envoie un remplaçant sur les shows d’Incognito.Proches et complices

La décennie quatre-vingt-dix commence en lion pour Breen LeBoeuf. Il coréalise son premier album en solo « De ville en aventure ». Ses mélodies originales sont couplées à des textes d’auteurs comme Jean Hould et Marc Bilodeau. En plus l’album « Buzz Band » est enfin mis en marché. Breen devient le porte parole pour le Téléthon de la Paralysie Cérébrale pendant deux saisons. C’est aussi à cette époque que se dessine, avec ses anciens confrères d’Offenbach, le projet d’une réédition du répertoire du groupe sous forme audionumérique. Les Coffrets « 2-4-6 » et « 1-3-5 » paraissent en 1992 et deviennent alors la plus colossale entreprise du genre au Québec.

Les années qui suivent seront partagées entre sa carrière personnelle et la valorisation du patrimoine d’Offenbach. Il se produit sur scène un peu partout au Québec accompagné par des musiciens talentueux et généreux; Roger Mann et John McGale à la guitare, Christian Laflamme, Louis Gagné aux percussions. En 1994, Breen collabore avec Marie-Carmen en composant la musique pour la chanson « À ma façon  » et reçoit un prix SOCAN pour marquer la popularité de la pièce. L’album « L’âme nue », qui paraît également en 1994, contient encore plusieurs collaborations de Marc Bilodeau, quelques-unes de Claire Mayer (conjointe de Breen), de Marie-Carmen, et une reprise du classique « The House Of The Rising Sun ». À partir de 1995, l’oeuvre de réédition des bandes maîtresses d’Offenbach se poursuit avec laLes complices série « Les incontournables » puis la parution en format DVD du « Dernier show » d’Offenbach, une autre première dans le monde du rock québécois. On peut également entendre Breen LeBoeuf interpréter la chanson « J’aurai ta peau » sur l’album « Omerta II » de Michel Cusson.

En 1997-1998, afin de retrouver en spectacle le public d’Offenbach, Breen, Johnny Gravel et John McGale se regroupent avec la complicité de Jacques Harrisson aux claviers, Christian Lajoie à la batterie, et un jeune chanteur inconnu à la voix rauque, Martin Deschamps. Cette formation, sous les noms de McGale-Gravel-LeBoeuf et ensuite Offenbach Inc., présentent une cinquantaine de spectacles, sans toujours enregistrer.

L’album récapitulatif « Les 20 plus grands succès » d’Offenbach voit se concrétiser la première production de la nouvelle maison de disques Clé de fa, fondée par Breen en 1999, sur laquelle paraît également en 2000 l’album « J’avance », troisième album solo de Breen. Coréalisé avec son ami Claude « Mégo » Lemay, cet album présente un éventail musical plus varié que ses albums précédents, en allant de l’acoustique « Des voix qui chantent en toi » au duo R&B « Trop peu trop tard » interprété avec Nanette Workman, en passant par la chanson titre où une section de cordes et les voix des Petits Chanteurs du Mont-Royal viennent ajouter leur coloration à cette histoire touchante. Plusieurs des musiciens de l’orchestre de Céline Dion prêtent leur talent à ce projet.

Quatuor avec DanPendant les premières années du nouveau millénaire Breen se tient fort occupé à jouer « live » avec ses confrères Roger Mann et Dan Mongrain aux guitares et voix, Robert St-Laurent et Louis Gagné à la batterie et voix, et Jacques Harrisson aux claviers et voix. Breen est souvent invité à participer aux projets d’artistes respectés tels que Nanette Workman, Dan Bigras et Martin Deschamps. En 2001, Breen reçoit le pris Trille Or de l’Artiste par Excellence lors du Gala des Prix Trille Or à Ottawa. Il travaille dans son petit studio à l’enregistrement et à la coréalisation de plusieurs projets de jeunes artistes de la relève. À la suite d’une série de présentations du spectacle trifluvien « Kassa », Breen devient membre-fondateur du groupe à cappella Trois-Quatre. À ce jour, il se plait encore à chanter le plus souvent possible avec ses 7 confrères/chanteurs.

Lors des Francofolies 2004, le spectacle de clôture à la Place des Arts offre une reprise du concert Offenbach en fusion avec le Vic Vogel Big Band, En Fusion 2005accompagnés des chanteurs Martin Deschamps, Dan Bigras et Boom Desjardins. Ce fut une soirée inoubliable. À leur entrée sur scène, le groupe reçoit une ovation de quelques minutes. À l’automne, Alain Simard du Groupe Spectra appelle Breen et propose une reprise de ce spectacle en tournée pour l’année 2005. Il se lance aussitôt à la planification de ce projet. Martin Deschamps accepte de mettre en priorité la tournée Offenbach en Fusion 2005. L’année 2005 comprend trois projets Offenbach avec Martin Deschamps, le premier étant le nouvel album d’Offenbach intitulé « Nature » qui offre des succès du groupe repris en versions acoustiques. Au printemps, le groupe joue le « concert bowl » du Centre Bell à Montréal en tête d’affiche avec April Wine et Michel Pagliaro. L’été comprend les 12 spectacles de la tournée « En fusion 2005″ à travers le Québec et au Nouveau Brunswick en compagnie du Vic Vogel Big Band.

Pour Breen, l’année 2006 est une période de réflexion et de réévaluation. Il collabore à la réalisation et l’enregistrement des voix pour l’album  » Feeding The Abcess  » du groupe Martyr. En décembre, Jerry Mercer invite Breen à se joindre au groupe April Wine. Il s’installe rapidement au sein du groupe légendaire, qui joue entre 60 et 75 shows par année, se produisant lors des festivals, dans les casinos et les salles de April Winespectacles à travers le Canada et les États-Unis. En Janvier 2008, Breen vit un événement exceptionnel, la réunion de son groupe des années ‘60 The Prophets. Quarante ans après leur dernière représentation, les quatre musiciens remontent sur scène devant leurs amis et fans de cette période fulgurante. Deux soirs de vieux rock et R&B avec Brian, Andy eLe groupe à Martin à Québect Steve et le grand plaisir de renouveler connaissance avec des amis de jeunesse.

Au début de l’année 2009 en compagnie de Pierre Huet et Françoise Faraldo Boulet, Breen reçoit le prix « Classique de la SOCAN » pour la chanson « Mes blues passent pu ‘dans porte », marquant plus de 25,000 passes à la radio. En juillet 2011, le temps est venu pour Breen de quitter April Wine et d’explorer de nouveaux horizons. À la demande de son ami Mario Saint-Amand, chanteur de blues et comédien qui a interprété le rôle de Gerry Boulet dans le film biographique « Gerry », Breen monte un superbe « blues band » pour l’accompagner lors de sa tournée automnale. Le public est ravi.

Breen monte régulièrement sur les planches en 2012/2013, souvent en compagnie de son ami Martin Deschamps. En 2013 il est invité du groupe Noir Silence sur disque et en spectacle comme invité. Il explore de nouvelles complicités en composant des pièces pour plusieurs amis. Le rock et le blues sont toujours au coeur de ses efforts.

Pour Breen, le plaisir de chanter et jouer de la musique demeure le filon qui rejoint les différentes périodes de sa vie. À chaque performance, il cherche à célébrer le privilège de vivre une vie de partage et de bonne musique.

Laisser un commentaire